INVESTISSEMENT

Comment la Kuwait Investment Authority a construit un solide nid d'épargne

Il a longtemps été une organisation très secrète, mais récemment, il y a eu quelques indices que l’Autorité des investissements du Koweït (KIA), l’énorme fonds souverain du pays, commence à s’ouvrir un peu. La question de savoir si cela représente le début d’une tendance à long terme vers une transparence totale semble douteuse, mais c’est néanmoins une évolution bienvenue.

Le signe le plus significatif de la nouvelle approche est intervenu lors de l'examen annuel de l'économie koweïtienne par le FMI, publié en janvier à la suite de consultations avec le gouvernement koweïtien. Le rapport a révélé des estimations et des prévisions exceptionnellement détaillées sur les économies réalisées dans la KIA.

Le gouvernement n'a toujours pas divulgué officiellement la taille des actifs de la KIA, mais selon les estimations du FMI, l'organisation disposait de 533,7 milliards de dollars en 2016, en légère hausse par rapport aux 521,6 milliards de dollars en 2015.

Ces chiffres sont tous inférieurs à l'estimation de l'institut américain SWF, qui suit les fonds souverains du monde entier. Il estime que la KIA détient 592 milliards de dollars d'actifs et est le quatrième fonds en son genre au monde, derrière le Fonds de pension du gouvernement norvégien, l'Autorité d'investissement d'Abu Dhabi (ADIA) et la China Investment Corporation.

Même s'il existe des différences sur l'échelle précise de la KIA, il ne fait aucun doute que le nombre de personnes impliquées est important et place le pays dans une position forte, en particulier compte tenu de la baisse des recettes pétrolières du gouvernement ces dernières années. Les tampons financiers construits par la KIA seraient plus de quatre fois plus importants que le PIB du pays et pourraient couvrir les dépenses de nombreuses années à venir.

«Nous estimons que les actifs de la KIA, si le gouvernement était prêt à les utiliser pleinement, pourraient durer des décennies si les besoins de financement restent au niveau attendu», explique Krisjanis Krustins, directeur associé de l’agence de notation Fitch Ratings.

Les signes d'ouverture croissante ont été bien accueillis par les observateurs. Â«Le Koweït a considérablement accru sa transparence sur ses actifs extérieurs», déclare un analyste. Â«La KIA a été très secrète sur leurs actifs. J'ai été surpris de voir beaucoup plus d'informations dans le rapport du FMI. C'était un signe positif.

Le FMI préconise toujours plus de transparence. Dans un additif au rapport sur l'article IV, il était indiqué que «la divulgation des actifs de la KIA… serait particulièrement utile pour renforcer la confiance des investisseurs, car le Koweït cherche à accéder aux marchés mondiaux et à développer sa dette».

Changer en haut

La plus grande ouverture coïncide avec un changement planifié dans la direction de l'organisation. En février de cette année, Bader Al-Saad a quitté son poste de directeur général depuis 14 ans.

Il conservera un siège au conseil d'administration de la KIA, mais sera remplacé par MD par Farouk Bastaki, le directeur exécutif des investissements alternatifs.

Reste à savoir si Bastaki va de l’avant avec encore plus de transparence, mais il ne sera pas facile de changer la nature secrète de la KIA, étant donné sa longue histoire. KIA est le plus ancien fonds souverain de la région du Golfe, avec une histoire qui remonte à 1953 avec la création du Kuwait Investment Board (rebaptisé par la suite Kuwait Investment Office) à Londres.

La structure organisationnelle actuelle date de 1982, avec un conseil d'administration composé de neuf membres dirigés par le ministre des Finances et comprenant le gouverneur de la Banque centrale du Koweït et le ministre du pétrole.

KIA gère deux principaux pots: le Fonds des réserves générales (GRF) et le Fonds pour les générations futures (FGF), ce dernier étant estimé être environ deux fois plus grand que le GRF. Le GRF a été le premier à être créé et à partir de 1953, il a été dirigé par le Kuwait Investment Board. Le FGF a suivi en 1976. Il a reçu 50% des actifs du GRF à l'époque et, chaque année depuis, il a reçu au moins 10% des revenus du gouvernement. La seule fois où le gouvernement s'est écarté de la règle des 10% a été en 2011-2013, lorsque le Parlement a augmenté la proportion des revenus transférés à 25%.

Toutes les recettes du gouvernement sont d'abord déposées dans le GRF, qui remet 10% au FGF et distribue ensuite d'autres fonds pour couvrir les dépenses publiques conformément au budget. Tout excédent est conservé par le GRF. Environ 80% des actifs du GRF sont détenus en espèces, mais des participations sont également détenues dans certaines entreprises publiques telles que le Fonds koweïtien pour le développement économique des pays arabes et la Kuwait Petroleum Company. Il gère également la participation du Koweït dans des organisations multilatérales et internationales telles que la Banque mondiale et le FMI.

Stratégies d'investissement

Le GRF investit à la fois au Koweït et dans la région MENA. En revanche, tous les actifs du FGF sont investis à l'étranger et diverses catégories d'actifs sont ciblées en vue d'investissements à long terme, notamment les actions, les obligations, le capital investissement, l'immobilier et les infrastructures.

Bien que les fonds du GRF puissent être utilisés pour aider à financer tout déficit budgétaire, aucun retrait du FGF, y compris ses revenus d'investissement, n'est autorisé, sauf si la loi le sanctionne. Ã€ ce jour, la seule période connue de réduction des actifs du FGF a eu lieu entre 1990 et 1994, date à laquelle 85 milliards de dollars ont été utilisés à la suite de l'invasion irakienne et de la reconstruction du Koweït. L'argent a ensuite été remboursé dans le fonds.

Plus récemment, il y a eu des signes que l'approche d'investissement de la KIA est en train de changer, ou du moins d'évoluer. Le FGF prend généralement des participations minoritaires et a toujours été considéré comme un investisseur prudent, mais des déclarations récentes suggèrent qu'une nouvelle direction est prise.

Dans une rare interview, Al-Saad a déclaré en janvier que la KIA envisageait de contrôler davantage d'investissements à l'interne plutôt que de compter sur des gestionnaires externes, ce qui reflète l'approche récemment adoptée par ADIA. Al-Saad a déclaré à Bloomberg qu'elle prévoyait d'augmenter la proportion des fonds gérés à l'interne à 8%, contre 1 à 2% actuellement.

Al-Saad a également indiqué son intention d’investir davantage dans des actifs privés et de grands projets d’infrastructure, dans le but d’accroître les rendements dans le contexte actuel de taux d’intérêt faibles. L’acquisition d’une participation minoritaire dans la société britannique Kemble Water Holdings, propriétaire du service Thames Water qui dessert Londres et ses environs, a été annoncée en mars.

Malgré tout cela, alors que l’augmentation relative de l’ouverture a été bien accueillie, peu de personnes s’attendent à ce que la nature de la KIA ou de ses fonds change radicalement à court terme. "Je pense que le FGF restera un investisseur très prudent", explique l'analyste. Â«Ils ne voudront pas reproduire ce que la Qatar Investment Authority a fait. Je ne pense pas qu'ils se tourneront vers quelque chose de risqué. Ils sont vraiment prudents à propos de cette partie du fonds.


Kuwait Investment Authority prévoit d'augmenter ses investissements dans les marchés émergents

KOWEIT (Reuters) - Le Kuwait Investment Authority (KIA), l’un des plus importants fonds souverains au monde, vise à diversifier son portefeuille et cherche à accroître ses investissements dans les marchés émergents tels que la Chine, l’Inde et le Brésil.

SPONSORISÉ

«Le Koweït… diversifie ses investissements et s’emploie à accroître ses investissements dans les marchés émergents. Cela ne signifie pas abandonner les marchés développés, mais certains investissements pourraient être réduits », a déclaré Farouk Bastaki à Reuters.

Il a déclaré que des marchés tels que la Chine, l’Inde et le Brésil étaient attrayants parce que la croissance économique de ces pays dépassait celle de l’économie mondiale.

DAIGN.DE XETRA
+0,37 +0,66%)
DAIGn.DE
  • DAIGn.DE

KIA est le quatrième plus grand fonds souverain au monde, avec 524 milliards de dollars, selon le Sovereign Wealth Fund Institute.

Outre les participations dans de grandes sociétés koweïtiennes, KIA détient également une participation de 6,8% dans Daimler AG ( DAIGn.DE ) et d’autres sociétés internationales.



Garanti sans virus. www.avast.com

Service facile et professionnel

Créer un site web